Vilniaus Sv.Tereses parapija
Ausros vartu g. 14
LT-01303 Vilnius
Lietuva
El.p. rastine@ausrosvartai.lt
Tel. (00370 5) 212 35 13

La tradition de la piété pour la Mère de Dieu
 

Au XVII - XVIII siècles, l'armée suédoise et l'armée russe dévastaient Vilnius l'une après l'autre. Les incendies sévissaient eux aussi dans la capitale de la Lituanie. C'est justement après tous ces malheurs que la ville gothique n'exista plus et Vilnius devint « la perle du baroque ». Les habitants de Vilnius croyaient que leur ville fut sauvée de la perte totale par la Mère de Dieu de la porte d'Aurore. C'est elle, en effet, qui calmait les incendies et, à l'instar de l'arche de l'Alliance de l'Ancien Testament, détruisait sans pitié les ennemies qui la méprisaient.

a10.jpgCependant, les fidèles ne faisaient pas appel à l'aide de Marie de la porte d'Aurore seulement lors des incendies et lors des guerres. Après le dernier partage de la République des Deux Nations (1795), la plus grande partie de la Lituanie et, plus tard, la Lituanie toute entière avec Vilnius fut attachée à l'empire russe. Trois soulèvements (1794, 1831, 1863) n'ont pas libéré ni la Pologne, ni la Lituanie, mais ils ont manifesté une résolution ferme de reconquérir la liberté. Avec les persécutions qui ont suivis ces soulèvements, progressait aussi la piété pour la Mère de Dieu de la porte d'Aurore. Le sanctuaire devint le lieu non seulement des manifestations religieuses, mais aussi celui des événements politiques. C'est ici que faisaient leurs prières les philarètes et les philomanes, membres de la compagnie secrète des étudiants de Vilnius. Des littéraires de Vilnius du XIX siècle, écrivant en polonais, mais importants aussi pour la culture lituanienne, tels Juozapas Ignotas Kraševskis, Julijus Slovackis, Vladislavas Syrokomlė (Liudvikas Kondratavičius) ont contribué à rendre populaire Marie de la porte d'Aurore. Le célèbre compositeur de Vilnius Stanislovas Moniuška a composé pour ce sanctuaire quatre litanies solennelles pour le choral et l'orchestre.

Progressivement, aussi bien pour les polonais que pour les lituaniens, la porte d'Aurore devint le symbole de la lutte pour la liberté et pour l'état indépendant. A l'issu de la Première guerre mondiale, suite à l'usurpation de la région de Vilnius par la Pologne, les chemins des deux nations se sont séparés pour un temps. On a commencé à appeler Marie de la porte d'Aurore « Protectrice des frontières de l'est de la Pologne ». Le pape Pie XI n'a pas souhaité attribuer au tableau le titre de la « Reine de la Pologne » afin de ne pas opposer encore davantage les deux nations.sibiro madona.jpg

Avec les nombreux exils et émigrations des polonais et des lituaniens, le sanctuaire de la porte d'Aurore surgit alors comme symbole de la patrie perdue. En même temps, la piété pour la Mère de Dieu devint le signe de l'identité national et l'appui de l'espérance. Les lituaniens et les polonais, anciens habitants de la région de Vilnius, dispersés dans le monde entier par les guerres, les barrières politiques et la misère, choisissaient la Mère de la Miséricorde comme protectrice de leurs associations, appelaient son aide dans les camps des réfugiés et dans l'exil de Sibérie. Là où c'était possible, ils érigeaient des églises à son honneur. Les paroisses lituaniennes de la « Porte d'Aurore » furent créées à New York (USA) et à Montréal (Canada). Les polonais ne construisaient pas de telles églises seulement à l'étranger : après la Seconde guerre mondiale, obligés de quitter la région de Vilnius et de déménager en Pologne, ils voulaient avoir des églises dédiées à la porte d'Aurore (à Varsovie, par exemple), voire construisaient les copies de la bâtisse de la porte, comme en 1989, dans une petite ville de l'évêché de Radom. En 1970, au Vatican, dans un sous-sol de la basilique Saint Pierre, une chapelle dite des Lituaniens fut consacrée. Dans son autel, fut mise l'image mosaïque de la Mère de la Miséricorde de la porte d'Aurore, bénie par le pape Paul VI.

Les persécutions qui ont commencé après l'occupation de la Lituanie par l'Union Soviétique, n'ont pas détruit la piété pour Marie de la porte d'Aurore. En 1948, à Vilnius, fut créée, dans des buts éducatifs, une association sécrète des catholiques lituaniens. Elle fut liquidée par le KGB en 1950. Après 1973, les Amis de l'Eucharistie, membres d'une organisation illégale de la jeunesse catholique, commencèrent à organiser des pèlerinages à la porte d'Aurore. Les jeunes des différentes paroisses de Vilnius priaient, à tour de rôle, le rosaire devant le tableau de la Mère de Dieu. Le 16 novembre 1979, à la porte d'Aurore, le comité de la Défense des Droits des Croyants célébra la première année de son activité. Les membres du comité furent salués par les jeunes venus des différentes régions du pays.

Après 1990, en Lituanie indépendante, alors que la liberté politique et la liberté religieuse furent définitivement acquises, la porte d'Aurore devint plutôt le foyer de lac12.jpg piété personnelle. Mais aujourd'hui encore, dans le monde actuel, elle demeure un lieu important de la résistance contre l'idéologie de consommation et contre la confusion des valeurs. Les fidèles, arrivant des pays voisins, trouvent la porte d'Aurore ouverte à tous ceux qui cherchent la Protection de la Mère de Dieu.

lt pl ru it en de fr
PRIÈRE POUR LA VIERGE DE LA PORTE DE L’AURORE


Ô ma Mère, Très Sainte Vierge Marie, je me consacre totalement à Ta grâce et à Ta miséricorde inexprimable maintenant et pour toujours, et tout particulièrement à l'heure de ma mort. A Toi je donne mon âme et mon corps, toute mon espérance et toute ma joie, toutes mes souffrances et mes malheurs. Je remets ma vie et sa fin en Tes mains très saintes afin que, par Tes mérites, toutes mes œuvres et mes actions soient ordonnées et accordées à Ton saint vouloir et à la volonté de Ton Fils bien-aimé.
Amen.


katalikų pasaulio leidiniai