Vilniaus Sv.Tereses parapija
Ausros vartu g. 14
LT-01303 Vilnius
Lietuva
El.p. rastine@ausrosvartai.lt
Tel. (00370 5) 212 35 13

La Porte de l'Aurore

b2.jpgEn 1503, alors que les tatars attaquaient le territoire lituanien et que les rapports avec la Russie se détérioraient, Alexandre, Grand Duc de Lituanie, accorda à la ville de Vilnius un privilège lui permettant de bâtir une muraille autour de toute la ville. On dit que la pierre de fondation fut posée sur la route qui conduisait à Medininkai et à Ašmena, dans la direction de Minsk. Après que la pierre fut consacrée, débuta la construction d'une porte que l'on nomma plus tard : Porte d'Aurore. La date exacte de l'achèvement de la muraille n'est pas connue, mais on sait qu'en 1522, toute la ville était déjà entourée par la bâtisse.

La Porte où se trouve actuellement la chapelle qui abrite le tableau de la Mère de la Miséricorde, fut nommée pour la première fois en 1514 sous l'appellation de la Porte de Medininkai. La dénomination Porta Acialis (lat.), Ostra brama (pol.), c'est-à-dire « Porte acérée », apparaît pour la première fois en 1594. On ne connaît pas la raison pour laquelle cette Porte fut nommée ainsi. Les Lituaniens des_dsf0460.jpg environs de Vilnius l'appelaient « Porte d'Acère ». D'aucuns pensent qu'il s'agit du nom de la ville d' « Ašmena » lequel fut compris par les étrangers au sens propre de mot (lat. acies, lit. ašmenys, fr. acère) et traduit en latin et en polonais. A partir de quel moment on commença à la nommer « Porte d'Aurore », et pourquoi « d'Aurore », personne ne le sait. Il se peut qu'un tel nom fût inventé en raison de la représentation de la Sainte Marie en tant qu' « Etoile de Matin ».

La chapelle destinée à abriter le tableau de la Mère de la Miséricorde n'a pas été construite dès l'origine. Au début, l'image de la Sainte Vierge fut accrochée du côté interne de la Porte, dans une petite niche, pour former un diptyque avec le tableau du « Sauveur du Monde » fixé, lui, du côté extérieur. Les deux images appartenaient à la ville. Le tableau de la Vierge n'avait, pour lui, ni une chapelle appropriée, ni des ornements qui conviendraient à des tableaux miraculeux. Cette situation dura jusqu'en 1626, lorsque arrivèrent à Vilnius les Carmes Déchaux. Ils reçurent un terrain, à côté de la Porte d'Aurore, pour construire un monastère et une église.

La construction de l'église dura longtemps, elle ne fut consacrée qu'en 1654. Le sanctuaire fut dédié à sainte Thérèse d'Avila, mystique espagnole importante, maître spirituel et réformatrice de l'ordre carmélite. Dès le début, l'attention des Carmes fut attirée par le tableau accroché à la porte de la ville. Devant ce tableau, les moins organisaient des offices et suscitaient ainsi la piété des citadins. En 1668, le pouvoir de la ville confit l'image de la Mère de Dieu aux Carmes et, en 1671, grâce à l'action du père carme Charles de l'Esprit Saint, fut érigée une chapelle en bois pour abriter le tableau. Lors de la construction, ce dernier était gardé dans l'église Sainte Thérèse et, ensuite, fut transporté solennellement à la chapelle.

_dsf0502.jpgLorsque les Suédois occupèrent Vilnius, en 1702, ils interdirent toute vénération publique du tableau, comme toute réunion publique. Lors des batailles autour de la Porte, l'image de la Mère de Dieu fut détériorée : une balle la traversa. La chapelle en bois étant brûlée en 1711, une chapelle en pierres fut érigée en 1712-1715, celle-là même que nous voyons aujourd'hui. Elle acquit, vers 1829, un style « classicisme tardif ». On construisit la chapelle de telle manière que les croyants pouvaient prier devant le tableau tout en restant dans la rue, puisqu'on ne pouvait entrer dans la chapelle qu'à travers le jardin du monastère et il était interdit aux laïcs, surtout aux femmes, d'y pénétrer. Lors des travaux des années 1828-1829, les fenêtres latérales furent étendues jusqu'au sol. En 1785, fut éditée une interdiction de faire du commerce dans la rue, lors des offices. On exigeait de tous les passants, indépendamment de leur croyance, de garder la tête découverte à partir de la Porte jusqu'à la chapelle des Pociejai.

En 1844, les Carmes furent chassés à cause du soutien qu'ils portaient aux insurgés. Le monastère fut donné aux orthodoxes, alors que la chapelle passa aux mains du clergé diocésain. A partir de ce moment, tout le monde pouvait y accéder. Avant même cette ouverture, en 1789-1799, fut construite une galerie avec un escalier intérieur pour faciliter la montée des croyants, selon le projet de Pietro di Rossi. Il s'agit d'une bâtisse « classiciste » à deux étages comprenant une galerie supérieure fermée et une autre galerie inférieure, celle-ci étant ouverte. Mais à l'origine, l'arcade supérieure était ouverte elle aussi. En 1830, les travaux furent effectués : les balustrades en bois changées en parapets de pierres, les ouvertures couvertes par des fenêtres, l'escalier refait à l'intérieur de la galerie. Aujourd'hui, à l'étage supérieur, un orgue est installé, et la galerie même est reliée à la chapelle.

En 2002, la Porte et la chapelle furent soigneusement restaurées et leurs détails décoratifs, disparus en XIX siècle, remis à la lumière.  

                                

lt pl ru it en de fr
PRIÈRE POUR LA VIERGE DE LA PORTE DE L’AURORE


Ô ma Mère, Très Sainte Vierge Marie, je me consacre totalement à Ta grâce et à Ta miséricorde inexprimable maintenant et pour toujours, et tout particulièrement à l'heure de ma mort. A Toi je donne mon âme et mon corps, toute mon espérance et toute ma joie, toutes mes souffrances et mes malheurs. Je remets ma vie et sa fin en Tes mains très saintes afin que, par Tes mérites, toutes mes œuvres et mes actions soient ordonnées et accordées à Ton saint vouloir et à la volonté de Ton Fils bien-aimé.
Amen.


katalikų pasaulio leidiniai